Le rêve du renard

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 16 novembre 2014

Le livre de Perle - Timothée de Fombelle

livre_perle.jpgIl vient d'un monde lointain auquel le nôtre ne croit plus. Son grand amour l'attend là-bas, il en est sûr. Pris au piège de notre Histoire, Joshua Perle aura-t-il assez de toute une vie pour trouver le chemin du retour? (Résumé de l'éditeur)

Il est là, enfin. Le nouveau livre de Timothée de Fombelle. Cet auteur qui sait toucher mon coeur avec ses mots comme personne. Qui sait évoquer ces images entre tendresse et nostalgie avec tant de délicatesse. Et encore une fois, je ressens cette impuissance à transmettre les émotions qui m'ont transpercées pendant ma lecture. Mais je vais essayer quand même, pas parce que je suis trop une dingue, mais parce qu'il faut que vous le lisiez ! (et Vango aussi, et Tobie Lolness. Pourquoi s'arrêter en si bon chemin?)

Paris, 1936. Un vieux couple tient avec constance et amour une boutique de guimauves. Par un soir pluvieux, ils recueillent un jeune homme sans passé, dans leur monde en tout cas. Exilé de son pays, prince qui ne régnera jamais, détesté par un frère qu'il n'a jamais connu, et séparé d'une fée qu'il aime, Ilian est en fait originaire d'un pays de magie. Empruntant le nom du fils disparu du couple Perle, Joshua, le jeune homme entame une vie simple, sans jamais oublier la malédiction qui le frappe et le sépare de son amour. Puis la guerre éclate et l'envoie au loin...
Des années plus tard, un jeune garçon tombe par hasard sur une cabane au fond des bois. L'homme mystérieux qui y habite, entasse contre les murs des dizaines de valises. Il semble obsédé par une quête, qui l'emmène dans des voyages aux quatre coins du monde. Mais il est traqué et suivi par une ombre protectrice...

Les premiers chapitres ont été un peu difficiles. L'histoire paraît si décousue qu'elle en devient floue. Mais on se rend compte que ce n'est pas pour embrouiller gentiment et gratuitement le lecteur qui cherche à s'y retrouver. Non, c'est pour mieux brouiller la frontière entre les mondes et le temps. Entrelaçant entre les chapitres la vie de Ilian-Joshua, au passé, présent et futur, l'auteur nous embarque à la fois dans Paris pendant la Seconde Guerre Mondiale, et dans un pays où la magie règne encore. Dit comme ça, ça parait vraiment casse-gueule, et pourtant la magie opère.

Les mots se suivent, fluides, forts, poétiques. D'une ambiance chaleureuse qui fleure bon le sucre, à une course poursuite cruelle dans la neige poudreuse, les passerelles entre les époques nous font vivre des expériences très différentes. Les personnages traversent les pages, tour à tour émouvants, mystérieux, méprisables. Le vieux Roi, Ian, Taage, Fara, Olia,... Les destins de mêlent, et le tragique côtoie de près le bonheur. La plume de l'auteur virevolte entre réel et imaginaire.

Entre roman fantastique et conte de fée, Timothée de Fombelle bouleverse les frontières et les codes pour nous offrir une histoire originale, portée par un imaginaire riche et puissamment évocateur. En ouvrant ce roman, ce n'est pas là que je pensais qu'il m'emmènerait... Et pourtant, la dernière page tournée, cet univers lui ressemble tellement, qu'il n'y avait que lui pour l'écrire. Je termine heureuse, et triste, cette lecture. Avec le même serrement de coeur que pour les autres livres de l'auteur. Et une fois de plus, je chéris ce roman, car j'ai vécu un moment presque magique. Une lecture féerique, qui appelle à coup sûr de nombreuses relectures...

jeudi 2 octobre 2014

Dans mon terrier #17

ombre_blanche.jpgLes Mondes de L'Alliance, 1 : L'Ombre blanche - David Moitet
2551. Suite au crash du vaisseau, Nato et Jade débarquent sur une planète hostile. Non répértoriée sur les cartes connues, elle abrite de terribles créatures qui se mettent en chasse des humains dés la tombée de la nuit. Tous les appareils éléctroniques ne semblent plus fonctionner, et une mystérieuse mine semble avoir été ouverte dans les montagnes... Dans l'impossibilité de contacter l'Alliance pour avoir de l'aide, le frère et la soeur vont devoir survivre... Un roman de science-fiction vraiment bien fait ! Tout est très cohérent, simple, et exotique. L'histoire est passionnante, pleine de suspens, même si un peu conventionnelle. Beaucoup de sujets intéressants, sur l'adolescence, la différence, le racisme,... pour ce premier tome dont je lirai la suite avec plaisir.

ados_parfaits.jpgDes ados parfaits - Yves Grevet
Des menaces ciblent sept élèves d'une classe de collégiens. Alors que ces derniers cherchent à percer le mystère qui les entourent, leurs parents décident de les tenir sous surveillance. Ces derniers semblent leur cacher quelque chose, alors que ces ados n'ont pourtant rien à se reprocher : ils sont bons élèves, et même considérés comme "trop parfaits" par leurs camarades de classe. Où les ménera leur quête de réponses? Un court roman qui interroge cette notion de "perfection" si rebattue aux oreilles des enfants. La relation parent/enfant est au coeur de l'intrigue, poussée à ses limites. L'histoire est courte, inquiétante, percutante, comme sait le faire Grevet. Le format court est plutôt efficace (un peu plus long que les Mini-Syros), même si le dénouement est assez vite attendu, et qu'on en voudrait encore. Mais la réflexion est là, et le but est atteint.

Merveilleux.jpegLe Merveilleux - Jean-François Chabas
Le Merveilleux est un saphir exceptionnel. Véritable héros de cette histoire, il nous emmène des montagnes sauvages du Cachemire, d'où il sera extrait, jusqu'aux faubourgs de Londres, où il achèvera son périple. Attirant tour à tour bonté, cupidité, envie ou bonheur, la gemme influera sur le destin de ceux qui sont entrés en sa possession. Jean-François Chabas décrit avec beaucoup de subtilité les sentiments des propriétaires du Merveilleux : comment ils vivent, comment le joyau a changé leur vie. D'un vieillard philosophe, à un marin anglais intolérant et imbuvable, ou une jeune fille pauvre croyant au bonheur, ou encore un joallier cupide... Tous les travers humains sont ici explorés. Et nous lecteurs, qu'aurions-nous fait face à cette pierre unique? Un beau roman philosophique.

Outrepasseurs1.jpgLes Outrepasseurs, 1 : Les héritiers - Cindy Van Wilder
Véritable plongée dans le Moyen-Age, l'histoire nous fait découvrir la vie de plusieurs villageois, qui ont tenté de s'opposer au désir d'un fé. Sept familles se sont ainsi retrouvées maudites, et toutes les générations après elles... Malgré un début un peu difficile, la suite mérite qu'on s'accroche au-delà des premiers chapitres. Car nous suivons également l'histoire d'un adolescent de nos jours, confronté à une malédiction qu'il a du mal à accepter. L'alternance des points de vue entretient un suspens parfois insoutenable. L'ambiance, lourde, noire, est pesante, et la cruauté de certains évènements est parfois rude à lire. L'histoire est au final très prenante, crédible, et nous décrit un peuple des fées bien plus implacable et démoniaque que l'idée que l'on s'en fait habituellement...

Innocent_palerme.jpgL'innocent de Palerme - Silvana Gandolfi
Palerme, en Sicile. Santino se réveille dans un lit d'hôpital, après avoir survécu à un règlement de comptes orchestré par la Mafia. Entre cauchemars et flash-back, le garçonnet reçoit bientôt la visite d'un juge, qui veut le convaincre de témoigner. Lucio, lui, vit à Livourne avec sa mère et sa petite sœur. A onze ans, il est l'homme de la famille, et confie ses interrogations et ses peines au mystérieux Chasseur, à qui il écrit inlassablement. L'un se pose des questions, l'autre en sait beaucoup trop pour son âge. Quel est le point commun de ces deux vies, si différentes de celles des autres gamins ? Un autre récit très fort de Silvana Gandolfi, inspiré de faits réels. A hauteur d'enfant, nous découvrons la cruauté, la barbarie, la peur, mais aussi l'espoir et la solidarité.Une histoire magnifique, très sensible, aux émotions merveilleusement bien rendues. A mettre entre toutes les mains.

dimanche 28 septembre 2014

La dernière épreuve de Mathieu Hidalf - Christophe Mauri

Mathieu_Hidalf5.pngL'heure est grave pour Mathieu Hidalf. Une moitié de l'école est tombée aux mains des frères Estaffes qui le traquent sans relâche. S'ils parviennent à s'emparer de son arbre doré, c'en est fini pour toujours de l'Élite. Désormais, Mathieu et ses amis n'ont plus le choix : ils doivent unir leurs forces pour enfin démasquer le traître, accomplir l'épreuve des Ailes de Feu et affronter la plus terrible bataille de l'histoire du royaume... (Résumé de l'éditeur)

Pour ses 10 ans, Mathieu avait imaginé la plus incroyable façon de gâcher l'anniversaire du Roi du royaume astrien, qui a eu la malheureuse idée de naître le même jour que lui (que le monarque soit plus vieux n'entre bien sûr pas en ligne de compte). Pour ses 11 ans, l'imagination du jeune garçon est au service de son plus grand rêve : entrer dans la célèbre école de l'Elite, si possible avant tout le monde. Pour ses 12 ans, il est banni de l'école, alors prisonnière d'un mystérieux sortilège, avec les terribles frères Estaffes à ses portes. Puis les anniversaires passent au second plan, à mesure que le danger plane sur le royaume : l'école est sur le point de disparaître, à cause d'un mystérieux traître qui sème chaos et peur sur son passage, et des frères Estaffes plus déterminés que jamais à détruire l'arbre doré...

Au fil des tomes, l'insouciance de Mathieu à laissé la place à une certaine maturité. Forcé de grandir à travers les épreuves qu'il traverse, son génie machiavéliquement drôle est maintenant au service de l'Elite, afin de sauver le royaume. Le jeune garçon qui voulait grandir plus vite pour conquérir sa liberté, tout en ne quittant pas le monde des enfants, doit utiliser son intelligence à bon escient. Adieu les bêtises, si drôles et ingénieuses, face aux dangers, Mathieu s'intègre davantage aux adultes. Il doit apprendre à leur faire confiance, à ne plus agir seul. Dans son courage et ses faiblesses, autant que dans son espièglerie qui n'est jamais bien loin, il reste toujours aussi attachant.

Christophe Mauri a réussi selon moi à faire évoluer sa série avec intelligence. Les personnages ont gagné en profondeur, que ce soit Mathieu, ou les personnages secondaires, qui ont tous su trouver leur place. Amis, famille,... ils sont tout en nuances, et on apprend encore une fois à mieux les connaître, même ceux qui ont tragiquement disparu entre temps... La noirceur qui a pris de l'ampleur au fil des tomes a donné davantage d'épaisseur à l'histoire, de mystère aussi. Une tension presque palpable pèse sur nous, nous sommes suspendus à l'histoire, aux événements dramatiques qui se jouent. Nous sommes nous aussi dans ces couloirs sombres éclairés de nymphettes, dans ce lac des bannis profond et froid, dans ce labyrinthe immense aux murs de ronces acérées. De spectateurs des premiers tomes, nous pénétrons plus profondément dans l'histoire et devenons liés au destin des personnages.

Ce cinquième tome nous offre une fin digne de ce nom. On tourne les dernières pages, certes avec quelques regrets, mais avec un grand sourire, car on sait, que cet univers continue à vivre, quelque part. Entre magie et humour, la plume de l'auteur a une richesse et une profondeur que j'ai peu souvent rencontrées (je n'oublierais pas de sitôt ces lits voyageurs incroyable, et la belle foudre fantôme). Cette série est un réel coup de coeur, et c'est avec des souvenirs pleins de tendresse que je quitte Mathieu Hidalf aujourd'hui, et que le retrouverais avec plaisir dans mes relectures futures...

mardi 16 septembre 2014

Au pays de mes histoires - Michael Morpurgo

au_pays_histoires.gifDéjà grande admiratrice de la prose de Michael Morpurgo, voici ici l'occasion de découvrir un peu l'homme derrière les romans. Au pays de mes histoires n'est pourtant pas une autobiographie. Au gré des chapitres, Michael Morpurgo alterne nouvelles et retours sur son parcours d'écrivain. J'ai été enchantée de cette plongée dans le regard de l'auteur, sa conception de la lecture et son regard sur la littérature. On y apprend même la genèse de certains de ses romans.

Rien ne prédisposait Michael Morpurgo à être écrivain. Jeune, il n'était pas même pas un grand lecteur. Il nous explique donc le parcours qu'il l'a mené à l'écriture, ses inspirations, et notamment l'influence des lieux, l'appartenance à une terre.

Pour les nouvelles, si toutes m'ont plu, certains sont particulièrement fortes et émouvantes. Il y est question de la guerre, de courage, d'amitié, de tolérance,... Toujours avec cette sensibilité qui nous emmène dés les premières lignes. Coup de coeur tout spécial pour ces deux nouvelles :

La question Mozart. Une jeune journaliste doit interviewer Paolo Levi, un violonniste célèbre. Très réservé, ce dernier pose à chaque rencontre avec des journalistes une condition ; ne jamais évoquer Mozart.

En chantant pour Mrs Pettigrew. Un enfant fait la connaissance de Mrs Pettigrew, une veuve vivant dans un wagon de train, isolée dans un immense marais. Au milieu de la nature, accompagnée de ses chiens et de son âne, elle vit paisiblement. Jusqu'au projet de construction d'une centrale nucléaire qui menace de l'expulser du petit paradis où elle vit...

Curieusement, c'est exactement l'homme que je voyais derrière les romans. Il met tellement de lui dans ses personnages, il est d'une telle honnêteté dans les sentiments qu'il décrit... que ses livres sont tout simplement à son image. Un auteur généreux à découvrir à tout âge, que j'aimerais vraiment rencontrer un jour, si l'occasion de présente.

Je suis un cultivateur d'histoires. Je les cultive aussi sûrement qu'un paysan fait pousser ses céréales. Je suis un tisseur de rêves, un conteur. Grâce aux histoires que ma mère m'a lues, et à celles que j'ai lues moi-même, grâce à des profes­seurs inspirés, et à mes grands mentors Robert Louis Stevenson, Ted Hughes et Sean Rafferty, grâce à de nombreuses années de travail, j'ai trouvé ma propre démarche. La voie de chaque écrivain est unique, j'en suis sûr, bien que nous ayons sans doute davantage de choses en commun que nous ne le croyons. Ma voie ne sera pas la seule, mais c'est la mienne, et j'ai pensé qu'il pour­rait être intéressant et, peut-être même utile, encourageant, de raconter comment je suis devenu l'écrivain que je suis.

jeudi 11 septembre 2014

Terre-Dragon, 1 : Le souffle des pierres - Erik L'Homme

Souffle-des-Pierres-1.jpegSur un territoire déchiré par les vents vivent d’étranges tribus soumises au règne d'un invisible roi-dragon. Le jour où Aegir, l'enfant à la peau d'ours, échappe aux guerriers qui le gardent en cage, le destin du royaume bascule. Traqué sans relâche, Aegir croise la route de Sheylis, une apprentie sorcière chassée de son village. Un sortilège puissant va bientôt unir les deux adolescents contre leur volonté. (Résumé de l'éditeur)

Erik L'Homme se lance dans une nouvelle saga d'héroïc-fantasy ! Je me suis donc dépêchée d'acquérir ce premier tome dés son arrivée en librairie. Dés les premières lignes, la plume fluide et poétique de l'auteur m'a emportée. La découverte des deux personnages principaux, Aegir et Sheylis, dans une alternance de chapitres, se fait très naturellement. Ils sont dans des situations qui semblent si inextricables, qu'on ne peut pas s'empêcher de s'y attacher très vite. Si le personnage de l'apprentie sorcière peut paraître vu et revu, il n'en est rien, d'autant plus que l'auteur nous a inventé une nouvelle sorte de magie... Mais c'est surtout Aegir, en garçon à la peau d'ours, qui surprend et est vraiment original.

L'univers de Terre-Dragon est vraiment passionnant. On découvre en fait un petit royaume, aux peuples très différents les uns des autres, certains ayant bonne réputation, et d'autres ayant une aura plus sombre et mystérieuse... C'est d'ailleurs deux de ces clans que les héros cherchent à fuir. Une rivière métallique, des morts-vivants et une société secrète nous attendent au détour des chemins... Mais Erik L'Homme nous donne les informations un peu au compte-goutte ! On aimerait davantage de descriptions, mais c'est l'action qui prime ici. Les chapitres sont courts, les évènements s'enchaînent donc très vite.

Comme j'avais pu le remarquer dans Chien-de-la-lune, certaines situations se résolvent assez vite. Cette série semble donc s'adresser à un public plus jeune que A comme Association ou même Le livre des étoiles. Pour un public adulte, l'histoire peut donc paraître un peu légère. Mais sur la fin, l'auteur a su disperser quelques indices qui me donnent envie d'en lire davantage... C'est dommage que le roman soit si court, on en veut plus !

samedi 6 septembre 2014

Dans mon terrier #16

aventure_selon_mo.jpgL'Aventure selon Mo - Sheila Turnage
Mo LoBeau, 11 ans, a été trouvée après un ouragan quand elle était bébé. Recueillie par Miss Lana et le Colonel, les excentriques tenanciers du café de la ville, elle mène une existence heureuse, tout en cherchant à percer le secret de ses origines. Un jour, un inspecteur débarque en ville pour enquêter sur un meurtre dans la région. Peu de temps après, un voisin est retrouvé mort, assassiné... Mo mène sa propre enquête, qui se révélera plutôt mouvementée ! Le moins qu'on puisse dire, c'est que la jeune fille est un personnage vraiment original et plein d'humour ! Le livre fourmille de détails farfelus qui rendent ce livre unique et vivant. Ajouté à cela, une intrigue policière rocambolesque, une ville américaine dans son jus, et voilà une lecture rafraîchissante !

ellis_spencer.jpgLa vie étonnante d'Ellis Spencer - Justine Augier
Dans ce pays-là et ce futur-là, en Naol, le rêve et le doute sont prohibés, le rendement est le mot d’ordre et les habitants vantent les bienfaits de l’hyperactivité. Tous, sauf Ellis Spencer. Discrète, chétive et étourdie, la jeune fille est l'opposé de ses deux frères qui cultivent une vie sociale bien remplie. Inquiets, ses parents la placent dans une école pour enfants à problèmes. L’occasion pour Ellis de comprendre qu’elle n’est pas si seule à être marginale... L'auteure a vraiment réussi à créer un monde intéressant, qui pose des questions très pertinentes. On ne peut s'empêcher de le rapprocher du notre et de ses dérives : glorification personnelle, formatage, abrutissement devant les écrans... Une dystopie courte, mais efficace.

homme_qui_dessine.jpgL'homme-qui-dessine - Benoît Séverac
L’Homme-qui-dessine a quitté son clan, celui des Hommes-droits, chargé par les siens de parcourir le monde et d'en tracer les contours et reliefs sur des écorces de bouleau. Alors qu’il s’est aventuré plus loin qu’il n’a jamais été, le jeune homme est fait prisonnier par une tribu d’Hommes-qui-savent dont les membres sont inexplicablement assassinés les uns après les autres... Ce petit polar a la particularité de se dérouler à la préhistoire, au temps où les Homo sapiens cohabitaient avec l'homme de Neandertal. Si l'enquête ne m'a pas passionnée (malgré un suspens indéniable et une fin à laquelle je ne m'attendais pas), c'est le travail de recherche et de reconstruction de l'auteur qui m'a bluffée. On s'y croirait ! Une lecture courte et vraiment à part..

Qui_es_tu_Alaska.jpgQui es-tu Alaska? - John Green
Miles Halter a seize ans et n'a pas l'impression d'avoir vécu. Assoiffé d'expériences, il décide de quitter le petit cocon familial pour partir loin, en Alabama au pensionnat de Culver Creek. Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C'est là aussi, qu'il rencontre Alaska. La troublante, l'insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young. Après Nos étoiles contraires, j'avais vraiment envie de renouer avec la plume juste et sincère de John Green. Dans son premier roman, il décrit déjà avec beaucoup de justesse l'adolescence, même si ici, je n'ai pas adhéré à l'ambiance de lycée américain. Si j'ai bien aimé l'histoire et ses personnages, je trouve que le message du livre n'est pas forcément assez abouti. Ce qui n'empêche pas qu'il a encore réussi à me faire pleurer...

odalisque_elephant.jpgL'Odalisque et l'éléphant - Pauline Alphen
De l'objet livre, magnifique, aux illustrations de Charlotte Gastaut, sublimes, tout concorde à nous faire aimer cette petite odalisque de 7 ans, au destin extraordinaire. Si tout commence par un Sultan (et des oreilles), tout finit avec un éléphant, et l'Amour... On rêve, on ouvre grand tout ses sens... Et si ce n'étaient les paroles de chansons contemporaines cachées ici et là dans le texte (qui restent dans la tête !), on se croirait transportés dans une nouvelle nuit de Schéhérazade... Onirisme, magie, passion, mais aussi naturel, spontanéité et humour, des ingrédients que manie avec bonheur Pauline Alphen. Un petit bout d'Orient envoûtant à savourer, et qui laisse un sourire rêveur, une fois la dernière page tournée.

aldabra.gifAldabra : La tortue qui aimait Shakespeare - Silvana Gandolfi
Elisa vit à Venise avec sa mère, et rend visite quasiment tous les jours à sa grand-mère, Eia. Les deux femmes semblent ne plus s'adresser la parole, mais Elisa n'a jamais réellement su pourquoi. Alors lorsque l'extravagante vieille dame, conteuse hors pair passionnée de théâtre, commence une impensable métamorphose, sa petite-fille, spectatrice fascinée et inquiète, affronte les secrets de famille et devient sa meilleure alliée. Ou comment, pour tromper la mort, mamie Eia se glisse dans la carapace d'une bien étrange créature... Après L'Ile du temps perdu, j'ai voulu continuer d'explorer la plume poétique et pleine d'onirisme de Silvana Gandolfi. Cette petite histoire semble vraiment hors du temps, en juste équilibre entre réalité et fantastique. La relation entre la petite fille et sa grand-mère est vraiment touchante, et aborde simplement et avec pudeur la mort et la fin de vie.

oliver_iles_vagabondes.jpgOliver et les îles vagabondes - Philip Reeve
Quand on a des parents explorateurs, la vie n'est vraiment pas de tout repos. Aussi, lorsqu'enfin ils décident de se fixer quelque part, Oliver est soulagé de pouvoir souffler et mener une vie normale. Mais ce sera sans compter une île vagabonde, une sirène myope, un goéland ronchon, des algues sarcastiques, et un concours de perruques... Si le style est plutôt classique, les idées sympathiques et les illustrations rondes, rendent cette lecture vraiment originale ! J'ai adoré les petits détails loufoques qui font la différence (des îles avec des perruques, c'est génial !). Une chouette première lecture, avec une pointe d'humour et beaucoup de fantaisie.

vendredi 1 août 2014

Dans mon terrier #15

chevalier_eon.jpgChevalier d'Eon, agent secret du roi, 1 : Le masque - Anne-Sophie Silvestre
Déjà séduite par Eulalie de Potimaron, je me suis donc lancée dans cette autre série de l'auteure ! Cette fois pas d'héroïne féminine... ou presque ! Puisque Anne-Sophie Silvestre s'inspire de Charles-Geneviève-Louis-Auguste-André-Timothée d'Éon de Beaumont, le fameux chevalier d’Éon, agent secret de Louis XV dont on se demandait s’il était un homme ou une femme. Ce premier tome nous raconte avec humour le recrutement du jeune homme par le roi, et sa première mission top secrète, déguisé en femme à la cour de la tsarine Elisabeth de Russie. L'intrigue va vite, mais est très plaisante et enlevée. Un peu facile parfois, mais le tout reste crédible et on se prend au jeu de ce qui n'était au départ qu'une plaisanterie !

treize_douzaine.jpgTreize à la douzaine - Ernestine et Frank Gilbreth
Mr et Mrs Gilbreth avaient décidé, le jour de leur mariage, qu'ils auraient douze enfants. Et, en effet, ils eurent six garçons et six filles. Douze petits rouquins élevés par des parents obsédés par l'étude du rendement ! Comment apprendre une langue étrangère en se brossant les dents ? soigner à la chaîne toute une famille atteinte de rougeole ? Chez les Gilbreth, il y a toujours une solution peu banale ! Une suite ininterrompue de gags et de loufoqueries en série... Une histoire vraiment rigolote à lire, particulièrement grâce à Mr Gilbreth, si haut en couleur ! J'ai du mal à croire qu'élever une si grande famille ne soit pas une prise de tête constante, mais les parents s'en tirent à merveille, grâce à leurs programmes de rendement, tous plus efficaces les uns que les autres ! Une belle avalanche de scènes loufoques, un régal !

longue_marche_dindes.jpgLa longue marche des dindes - Kathleen Karr
Au XIXe siècle, après avoir quadruplé son CE1 à 15 ans, Simon se voit refuser l'entrée en CE2 et doit déployer ses ailes. Aussi, le soir même de cette mauvaise nouvelle, lorsqu'il apprend que les dindes sur pattes valent 20 fois plus à Denver que chez lui, Denver étant distant de 1000 km, il décide d'y convoyer un troupeau de 1000 têtes alors devenu son fond de commerce. Le désert, les rocheuses et les indiens laisseront-ils passer cette étrange caravane ? La fortune l'attend-elle à Denver ? Les couvertures des romans de l'Ecole des loisirs ne rendent pas justice aux superbes textes que l'on trouve derrière... L'histoire de ce jeune homme naïf, peut-être nul à l'école, mais en tout cas très vif d'esprit, est vraiment attachante. Dans un esprit très western, on traverse forêts et rivières, en compagnie de ces mille dindes glougloutantes, et d'une compagnie disparate d'humains qui se sont pourtant bien trouvés. Un beau morceau d'humanité !

penderwick.jpgLes Penderwick : L'été de quatre soeurs, de deux lapins et d'un garçon très intéressant - Jeanne Birdsall
Envie de vacances inoubliables ? Dépaysement garanti avec les sœurs Penderwick ! Cet été, une surprise attend les quatre filles et leur père adoré. Au lieu du pavillon délabré prévu, la famille se retrouve dans une magnifique propriété. Les filles ne tardent pas à découvrir la magie des vastes jardins, des greniers remplis de trésors, deux lapins timides, et le meilleur pain d'épice au monde. Mais leur plus intéressante trouvaille, c'est Lucas Tifton, le fils de la glaciale propriétaire des lieux... Une petite lecture parfaite pour l'été, qui fleure bon les vacances, l'amitié et les nuits d'été ! Nous suivons les aventures mouvementées des soeurs Penderwick avec plaisir. Pleines de vie, chacune avec sa personnalité, mais très attachantes. Très sympathique !

angel.gifAngel, l'indien blanc - François Place
Après La douane volante, voici le deuxième roman que je lis de François Place. Talentueux illustrateur à la plume voyageuse et poétique, il m'a ici encore une fois éblouie. Angel n'a pas une vie facile. Née d'une mère blanche et d'un indien, il s'enfuit sur un bateau pour échapper à une vie d'esclave. Embarqué dans une mission d'exploration avec des savants rêvant des terres inexplorées, Angel va découvrir un peuple singulier et vivre des expériences incroyables. Il lui faudra du courage pour affronter des coutumes très étranges. L'histoire, toujours à la frontière entre fantastique et réalité, est troublante, fascinante. On se laisse porter par le récit, ses paysages étonnants... Entre récit initiatique et contemplation, ce roman nous emmène aux confins du monde...

LaDoubleVieCassiel.jpgLa double vie de Cassiel Roadnight - Jenny Valentine
Chap n’a pas cherché à se faire passer pour un autre, il a simplement laissé faire… Dans ce foyer d’urgence pour jeunes paumés où il refusait obstinément de donner son nom, les gens du centre sont venus le voir avec une photo, celle d’un ado porté disparu qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau. Chap a fini par dire ce que les autres attendaient, que c’était bien lui Cassiel Roadnight ! Et puis tout s’est enchaîné... Il n’avait pas imaginé que Cassiel pouvait cacher un secret monstrueux, et que c’est lui, Chap, qui allait en hériter… Un roman vraiment bien ficelé, qui nous tient en haleine de bout en bout. Au-delà, les réflexions sur l'identité de Chap sont pertinentes et donnent beaucoup de profondeur. Suspens, rebondissements et révélations... un très très bon thriller !

mardi 22 juillet 2014

Miss Charity - Marie-Aude Murail

miss_charity.jpgCharity est une fille.
Une petite fille.
Elle est comme tous les enfants : débordante de curiosité, assoiffée de contacts humains, de paroles et d'échanges, impatiente de créer et de participer à la vie du monde.
Mais voilà, une petite fille de la bonne société anglaise des années 1880, ça doit se taire et ne pas trop se montrer, sauf à l'église, à la rigueur. Les adultes qui l'entourent ne font pas attention à elle, ses petites sœurs sont mortes. Alors Charity se réfugie au troisième étage de sa maison en compagnie de Tabitha, sa bonne. Pour ne pas devenir folle d'ennui, ou folle tout court, elle élève des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope, apprend Shakespeare par cœur et dessine inlassablement des corbeaux par temps de neige, avec l'espoir qu'un jour quelque chose va lui arriver... (Résumé de l'éditeur)

Dés les premières lignes, je me suis attachée à Charity Tiddler. Enfant grave et solitaire, elle n'a pour seule compagnie que sa bonne Tabitha, un peu folle, et les petits animaux qu'elle recueille au fil des années (parfois sauvés de la casserole). Presque recluse au troisième étage de la demeure familiale, elle voit peu ses parents, et encore moins des enfants de son âge. L'étude de ses petits animaux et la récitation de pièces de Shakespeare sont ses seuls passe-temps. Heureusement, devant apprendre le français et autres choses indispensables pour une jeune fille bien élevée, l'arrivée d'une gouvernante, Blanche Legros, va lui ouvrir de nouveaux horizons. Douée pour le dessin et l'aquarelle, elle va se passionner encore plus pour l'observation et les sciences naturelles.

De chapitre en chapitre, Charity grandit, toujours aussi solitaire. Elle devient une jeune fille forcément singulière, davantage passionnée par les champignons, que par ses frivoles cousines. Elevée dans une bourgeoisie oisive, où gagner sa vie est une honte, à quoi occuper son temps lorsque l'on est presque laissé à soi-même? Charity ne se laisse pourtant pas aller à la paresse ou au découragement, et trouve une occupation, si ce n'est vraiment le bonheur, en imaginant de petites histoires mettant en scène ses amis à plumes et à poils. Master Peter, l'adorable lapin est en bonne place, suivi de Mademoiselle Tutu la souris, ou encore Petruchio le corbeau. Ainsi naissent de petits livres pour enfants...

Ce roman très dense, a la particularité de mélanger les codes du roman et du théâtre. Ce n'est pas vraiment perturbant, le texte gagne ainsi en vivacité et permet de rentrer davantage dans l'intimité de Charity. Les aquarelles de Philippe Dumas, apportent un contrepoint à celles que nous décrit la jeune fille, et amènent une note de fraîcheur et de tendresse. L'histoire de cette jeune fille, très consciente de sa situation, de son caractère de cochon, et du regard de la société, est vraiment touchante. Cherchant l'indépendance dans un monde où ce n'est pas concevable, entre se marier ou finir veille fille, elle va se tailler une autre voie. Soucieuse des autres, à parfois s'oublier elle-même dans la neurasthénie, les encouragements de ses amis vont pourtant l'aider à enfin se réaliser. L'écriture touchante et légère rend à merveille ce personnage sensible, à la vie pas si rose que cela...

Marie-Aude Murail dédie en introduction ce livre au lapin de Beatrix Potter, au corbeau de Charles Dickens, à Oscar Wilde et Bernard Shaw. Mais d'autres influences se font sentir, qu'elle ne cite pas, comme Kenneth Graham, l'auteur du Vent dans les saules, ou Frances H. Burnett, celle de la Petite Princesse (entres autres !). A travers ces auteurs, l'auteure rend un très bel hommage à la littérature anglaise du XIXème siècle, et surtout à l'enfance. Je me suis moi aussi nourrie d'un certain nombre de ces textes, et nul doute qu'ils ont influencé le développement de mon imaginaire... Bref, énorme coup de coeur pour ce roman, une histoire magnifique et lumineuse.

Je suis dans ma vingt-troisième année. Mais je me sens plus âgée. Et pourtant, je n’ai presque rien vécu. Les années immobiles comptent peut-être doubles.

- Qu'est-ce qu'elle a ? Est-elle malade ?

- Elle est folle. Elle récite du Shakespeare au milieu de tout un ramassis de bestioles !

J'ignore d'où elle tenait son information, mais je dus reconnaître que que c'était un assez bon résumé de ma vie.

vendredi 27 juin 2014

Dans mon terrier #14

velvet.gifVelvet - Mary Hooper
Orpheline dans le Londres des années 1900, Velvet survit tant bien que mal en travaillant dans l'enfer d'une blanchisserie. Un jour, la jeune fille attire cependant l'attention de l'intrigante Madame Savoya, l'un des médiums les plus courus de la capitale. Emménageant à la villa Darkling aux côtés de Madame et de George, son séduisant assistant, Velvet ne va pas tarder à découvrir les usages et secrets de cet univers fascinant qu'est celui du spiritisme. Elle est pourtant loin de se douter que le danger qui la guette ne vient pas du royaume des morts... Tout m'a plus dans ce roman : son sujet, sa construction ainsi que le personnage de Velvet. Cette dernière va apprendre à ses dépends la différence entre esprits de l'au-delà et mises en scènes exploitant le chagrin des gens. Bien documenté, aussi réaliste que les précédents romans de l'auteur, je l'ai trouvé cependant plus fin, et on se laisse porter dans ce monde de faux-semblants et de fantômes avec plaisir !

enola5.jpgEnola Holmes, 5 : L'énigme du message perdu - Nancy Springer
Je porte plainte officiellement, ce roman est bien plus court que les précédents (à peine 200 pages), c'est scandaleux ! Bref ^_^ Toujours est-il que nous retrouvons Enola dans une enquête policière qui la touche de près : sa logeuse a été kidnappée. Veuve, sans le sou et sourde comme un pot, comment la vieille femme peut-elle être mêlée à ces sombres histoires d'espionnage dont on l'accuse? Ni une ni deux, Enola se lance à sa recherche, croisant comme d'habitude son frère Sherlock dans l'affaire. Une enquête bien menée, entre robes à crinoline et grands de ce monde, messages codés et filatures. C'est toujours aussi plaisant d'autant plus que Nancy Springer s'attache à introduire de nouveaux lieux et de nouveaux personnages hauts-en-couleur pour notre plus grand plaisir.

enola6.jpgEnola Holmes, 6 : Metro Baker Street - Nancy Springer
Et voilà, c'est fini, mon petit bout de chemin avec Enola est arrivé à son terme... Elle aura bien grandi et mûri en une année ! Sans trop vous dévoiler l'intrigue de ce 6ème et dernier tome, nous retrouvons la jeune fille dans une nouvelle enquête : la mystérieuse disparition d'une duchesse. Ses frères Sherlock et Mycroft sont plus que jamais à la recherche de leur soeur : ils ont un étrange paquet à lui remettre... Va t-elle se réconcilier avec eux? Vont-ils enfin comprendre sa volonté d'émancipation? Et où est passée leur mère, fugueuse tardive ? Des réponses et de l'émotion seront au rendez-vous... Même si je suis nostalgique, Nancy Springer a su terminer sa série avec délicatesse et sensibilité, sans me laisser de regrets (mais des petites larmes quand même). Une série instructive et distrayante que je relirais avec grand plaisir dans des moments de déprime !

balafre.jpgLa balafre - Jean-Claude Mourlevat
Olivier vient d'emménager dans un hameau perdu. Un soir, l'adolescent est attaqué par le chien des voisins qui se jette sur la grille avec une rage terrifiante. Ses parents pensent qu'il a rêvé, car la maison est abandonnée depuis des années. Olivier est le seul à croire à l'existence de l'animal, le seul à voir une petite fille jouer avec ce chien. Obsédé par ces apparitions fantomatiques, Olivier veut comprendre. Quelle claque que ce roman ! Je ressors de ma lecture oppressée, haletante. Court, ciselé comme sait le faire Mourlevat, le récit nous promène, jusqu'au dénouement, et le choc. Bien sûr le sujet est difficile, dur (et je ne vous en dit pas plus), mais abordé avec une intelligence et une humanité remarquable. Une lecture indispensable dont on ne ressort pas indemne.

jonah2.jpgJonah, 2 : Le Retour du Sept – Taï-Marc Le Thanh
Difficile de parler du tome 2 sans révéler l'intrigue du premier tome ! Nous retrouvons Jonah, notre jeune héros si optimiste, mais pas autant que je l'aurais souhaité. Ce dernier passe au second plan de l'intrigue, au profit d'une foule de personnages secondaires. L'aspect fantastique de l'histoire prend davantage d'ampleur à mesure que le nombre de mystères augmente. Pourquoi Jonah ne contrôle t-il pas entièrement ses mains? A qui appartenaient-elles avant? Et si la réponse se trouvait au royaume des morts? Pas de réponses donc encore pour le moment, mais de l'aventure, ça, oui ! Ce deuxième tome m'a laissé une impression d'histoire assez disparate, mais nul doute que ces éléments éparpillés prendront tout leur sens par la suite...

passager_clandestin.jpgPassager clandestin : une histoire d'amitié et de courage - Michael Foreman
Inspirée de faits réels, cette histoire nous raconte la vie de Henry Friston, jeune marin pendant la première guerre mondiale. Brancardier lors des combats à Gallipoli, en Turquie, il manque plusieurs fois de mourir dans les dunes. Un jour, caché dans une tranchée, il découvre une compagne d'infortune : une tortue. Il décide de la remonter à bord, et le petit animal, baptisé Ali Pacha, ne le quittera plus... Michael Foreman signe ici un très joli roman, illustré d'aquarelles pleines de sensibilité. Le récit, alternant entre plusieurs narrateurs, nous permet de découvrir une diversité de points de vue sur la guerre. Le récit est très humain et émouvant, tout en simplicité, et parle de la guerre de façon très accessible aux plus jeunes.

mardi 27 mai 2014

Dans mon terrier #13

pixel-noir.jpgPixel noir - Jeanne-A. Debats
Pixel est un adolescent solitaire très doué en informatique. Après un grave accident, il se retrouve à l'hôpital, l'esprit plongé dans un univers virtuel pour supporter le traitement, où évoluent les avatars des autres malades. A la place d'un campus universitaire, il découvre un univers sans adultes, sous la coupe d'un adolescent mégalomane. Quand l'univers se met en plus à se détraquer sous l'emprise d'un bug, Pixel comprend qu'il pourrait entraîner leur mort à tous.... Un bon roman de SF, mené tambour battant, très visuel et réaliste. Si j'aime beaucoup cette auteure qui écrit aussi pour les adultes pour sa plume engagée, elle est ici moins présente. Elle aborde pourtant des thèmes intéressants et forts (homosexualité, euthanasie), j'aurais donc préféré qu'ils soient un peu plus développés, même si le roman si lit très bien comme ça bien sûr !

kitty_grey.jpgL'infortune de Kitty Grey - Mary Hooper
1813. Kitty est employée comme laitière à la campagne. Elle mène une vie sans histoire, jusqu'à ce que son fiancé disparaisse. Persuadée qu'il est partit chercher fortune à Londres, abandonnant derrière lui sa petite soeur, elle se lance sans réfléchir à sa recherche. Mais naïve et inconsciente des dangers d'une grande ville, affamée, détroussée, elle finit à la prison de Newgate, et bientôt condamnée à être déportée dans la lointaine colonie australienne… J'apprécie énormément les romans de Mary Hooper, qui sont de véritables plongées dans la vie à l'époque victorienne. Aussi bien documenté qu'à l'habitude, on découvre ici avec horreur le système judiciaire et la vie dans les prisons londoniennes. Mais si l'histoire est dense et intéressante, j'ai regretté la fin trop rapide et trop heureuse peut-être, après une telle accumulation de malheurs.

J_etais_un_rat.jpgJ'étais un rat ! - Philip Pullman
Un jour, un jeune garçon en livrée de page frappe à la porte de Bob et Jeanne Doucet en déclarant qu'il était "un rat". Incapable de se rappeler quoi que ce soit d'autre, sans famille, le couple décide de le recueillir. Mais ils s'aperçoivent vite qu'il n'a aucune éducation et la fâcheuse manie de tout grignoter : draps, crayons, montants de lit,... Cherchant à connaître son identité, le couple va aller de surprise en déconvenue, jusqu'à ce que Roger soit capturé et exhibé comme phénomène de foire... Une petite histoire émouvante pour parler de sujets sérieux. On s'attache au jeune Roger, au comportement plein de cocasserie, malgré quelques passages un peu longs. Philip Pullman entretient en plus savamment le suspens jusqu'à la fin, revisitant un conte de façon originale (et je ne vous dit pas lequel !).

coeur_en_braille.jpegLe coeur en braille - Pascal Ruter
Jusque là, pour Victor, une année scolaire c’est du saut à l’élastique sans l’élastique. Ce qu’il préfère ? Écouter les Rolling Stones, se gaver de loukoums avec son copain Haïçam, parler mécanique avec son père… Quand il ne s’amuse pas à planquer le PQ des toilettes des filles, il essaie d’échapper aux punitions qui pleuvent sur lui comme la foudre sur le paratonnerre. Mais lorsque Marie-José, génie absolue, déboule dans sa vie un beau jour de contrôle de math, c’est tout son univers qui implose… Beaucoup de tendresse et d'humour dans ce livre qui parle d'amitié, d'amour, et d'un jeune garçon hypersensible qui a du mal à trouver sa place dans le monde. Entre jeux de mots et phrases philosophiques sur la vie, Victor grandit et apprend à s'ouvrir aux autres (et à la culture !). Un très beau moment de lecture avec un héros très attachant !

enola4.jpgEnola Holmes, 4 : Le secret de l'éventail - Nancy Springer
Retour à ma lecture doudou avec le 4ème tome des aventures d'Enola ! C'est une jeune fille fragilisée qu'on découvre petit à petit. Malgré son indépendance, sa solitude commence à lui peser : l'absence encore inexpliquée de sa mère, le besoin de reconnaissance de ses frères,... Le personnage d'Enola gagne en densité et apporte une nouvelle dimension à ses enquêtes, et on s'attache de plus en plus à elle ! (j'ai encore refermé mon livre une fois la dernière page tournée avec un pincement au coeur). Nouvelle intrigue, nouveaux rebondissements, nous retrouvons ici une ancienne connaissance à nouveau en danger, et Enola devra encore ruser pour échapper à ses frères, dangereusement proches. Nancy Springer construit encore une fois une intrigue intelligente, et réaliste, doublée d'humour et de fraîcheur. Mais bon à force, je me répète à vanter les qualités de cette série? ^_^

Mademoiselle-Scaramouche.jpgMademoiselle Scaramouche - Jean-Michel Payet
Lorsqu'elle assiste à la mort de son père, tué en duel, Zinia Rousselières est loin d'imaginer qu'elle est à l'aube d'un singulier tour du destin. Dans le caveau familial repose en effet déjà un cercueil, le sien, ou plutôt celui de celle qu'elle croyait être... En un instant, le monde de la jeune fille vole en éclats, et elle n'aura désormais de cesse de découvrir sa véritable identité. Des bas-fonds de la capitale au faste de Versailles, de la cour des Miracles au Trianon de porcelaine, Jean-Michel Payet nous mène tambour battant dans une aventure entre théâtre et complots. Le style ampoulé et l'ambiance de cape et d'épées à la Alexandre Dumas sont un vrai plaisir à lire. Si certaines ficelles sont un peu rapides, comme devenir copain avec Louis XIV en une minute (que les romans historiques tirent trop facilement à mon goût), l'intrigue est malgré tout vraiment bien faite et remplies de clins d'oeils littéraires, ce qui ne gâche rien !

- page 2 de 7 -