salauds2.jpgLocke Lamora, l’ancienne Ronce de Camorr, et Jean Tannen ont fui leur cité natale. Ils ont embarqué à bord d’un navire et gagné la cité-Etat de Tal Verrar, où ils prévoient bientôt de se livrer à leur forfait le plus spectaculaire : s’attaquer à l’Aiguille du Péché, une maison de jeu réservée à l’élite, et voler son incommensurable trésor. Il n’existe qu’une façon de s’approprier l’argent de cet établissement : le gagner aux divers jeux qu’il propose à ses clients. Un domaine que Locke et Jean croient connaitre sur le bout des doigts. Mais, une fois encore, les deux compères se retrouvent embringués dans des aventures imprévues… et devront se frotter à la flotte pirate du célèbre capitaine Zamira Drakasha. Une véritable sinécure pour des voleurs qui ne distinguent pas bâbord de tribord. Pendant ce temps, les Mages Esclaves fomentent leur revanche contre celui qui les a humiliés et croit avoir échappé à leur châtiment : un certain Locke Lamora. (Résumé de l'éditeur)

Deux petits mois après ma lecture du premier tome, me revoilà embarquée dans les aventures de Locke et Jean ! J'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir les deux amis dans leur nouvelle combine pour détrousser les bourses les mieux garnies de la cité où ils ont récemment élu domicile... Mais comme d'habitude, rien ne va se passer comme prévu, et les plans soigneusement conçus vont être mis à mal par des ennuis monumentaux qu'ils n'ont pas vu venir. Tout le répertoire d'insultes de Locke, et l'arsenal d'armes de Jean vont y passer. De la cité de Tal Verrar aux multiples îles, au repaire pirate de Port-Prodigue, nous voyageons aux côtés de nos voleurs préférés, pour le meilleur, et trop souvent pour le pire.

J'apprécie toujours autant la plume de Scott Lynch. C'est un vrai régal de le lire, tant il sait nous immerger dans son histoire. Le rythme est fluide, on ne s'ennuie pas un instant, tant la qualité d'écriture, que ce soit par le biais des descriptions ou des dialogues, est une merveille. Il n'y pas un passage en dessous des autres, un chapitre moins bien écrit... tout est à un niveau de virtuosité maîtrisée. J'apprécie toujours autant le temps que prend Scott Lynch à nous décrire son univers (mon amour des descriptions n'est pas assez souvent rassasié à mon goût) et les répliques sont toujours aussi savoureuses. Il ré-utilise le même procédé que précédemment, introduisant des flashback entre les différents chapitres de l'histoire, l'enrichissant au fur et à mesure qu'elle se construit devant nos yeux.

Mais (pourquoi y'a t-il toujours un mais?) même si j'ai tout autant été transportée par ma lecture qu'avec le premier opus, je regrette toutefois quelques longueurs. J'adore les histoires de pirates, et là j'ai été plus que servie, mais les voyages en mer... Autre point, pour moi, ce second opus est légèrement différent du premier : on retrouve certes toute l'intelligence, le don pour la manipulation et l'effronterie de Locke, mais je n'y ai pas retrouvé toute la flamboyance et l'ingéniosité travaillée à l'extrême du début. Les retournements de situation spectaculaires sont toujours là, mais ils ont un charme différent, car teintés d'une bonne couche dramatique. La joyeuse audace impertinente s'est envolée, avec la disparition de la bande de Camorr. L'apparition de nouveaux personnages ne comble pas ce vide, Locke et Jean ont dû avancer et trouver de nouvelles motivations...

Les dernières pages nous laissent passablement frustrés, dans l'impatience de lire la suite (qu'il va falloir attendre, la version anglophone devrait paraître à l'automne 2013). Il faut dire que Scott Lynch fait bien les choses, il laisse nos personnages favoris avec une magnifique épée de Damoclès au dessus de la tête, et un fardeau pour le moins chargé en souvenirs difficiles à porter. Et toujours, des petites énigmes non résolues : le passé et le véritable nom de Locke, et l'histoire de cette fameuse Tabetha...