sans_coeur.jpgLady Alexia Maccon a de nouveau des problèmes. Sauf que cette fois, elle n’y est vraiment pour rien. Un fantôme fou menace la reine ! Alexia mène l’enquête… jusque dans le passé de son époux. Pendant ce temps, sa soeur rejoint le mouvement des suffragettes, Madame Lefoux met au point sa dernière invention mécanique et des porcs-épics zombies envahissent Londres, le tout une nuit de pleine lune. Alexia découvrira-t-elle qui tente d’assassiner la reine Victoria avant qu’il ne soit trop tard ? Loups-garous et vampires verront-ils le soleil se lever ? Et qui ou quoi, exactement, a élu résidence dans le deuxième dressing préféré de Lord Akeldama ? (Résumé de l'éditeur)

J'aurais pu attendre un peu pour lire la suite... mais non. Mon cerveau en vacances a besoin de lectures légères et distrayantes, et les aventures de Lady Maccon sont idéales. Il faut dire que je dois être maintenant accro à l'écriture de Gail Carriger, mi-moqueuse, mi-affectueuse (et on passera sur le fait que j'adore ricaner dans mon coin quand je lis un bouquin, face aux regards emplis d'incompréhension de mon entourage). Car à mon grand plaisir, ce tome est empli de ces petits passages complètement loufoques qu'a le chic de glisser l'auteur entre deux passages plus sérieux...

La vendeuse vit. De même, en fait, que toutes les autres dames présentes. Ce qu’elles virent, c’est que lady Maccon, à quelques jours de son terme, s’était extraite de son lit et de l’affection de son mari pour venir dans cette boutique et acheter des protège-cheveux. Ceux-ci devaient donc être nécessairement de nouveau à la mode. (...) Elle-même préférait des vêtements plus pratiques, surtout dans son état présent, mais si elle achetait des protège-cheveux, c’était que lord Akeldama devait approuver cet accessoire. Et si Lord Akeldama approuvait, les vampires approuvaient, et si les vampires approuvaient, eh bien, c’était simple, les protège-cheveux devaient être le fin du fin. Tout à coup, toutes les dames à l'intérieur de cette boutique devaient posséder une paire des Protège-cheveux pour la voyageuse aérienne"''.

Quelques mois après les événements de Sans honte, nous retrouvons une Alexia enceinte jusqu'aux yeux. Et loin de rester confortablement allongée à réclamer de la nourriture à tous les membres de la meute qui passent à sa portée, elle n'arrête pas de mettre son nez partout : dans le dressing de Lord Akeldama, le passé de son mari, les carnets de son père, ... Plus le désagrément embryonnaire l'empêche de se mouvoir, plus Alexia parcourt la ville en long et en large, en travers, en dirigeable ou en calèche. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'action ne manque pas.

De la ruche de Westminster, à la cave à vin de la nouvelle maison londonienne de Lady Maccon, en passant par l'atelier de Mme Lefoux, on va de compromis discutables en révélations improbables. La nuit de la pleine lune nous réserve aussi des surprises de taille, comme quoi Gail Carriger peut aussi nous manipuler pour nous surprendre. On s'amuse, on s'émeut aussi (en particulier pour un certain Béta...), et je ne peux pas m'empêcher d'être un peu nostalgique à la pensée qu'un seul tome me sépare de la fin de la série...

Quatrième tome, quatrième contribution au challenge My summer of SFFF love de Vert ! (allez, plus qu'un tome qui ne devrait plus tarder, et ce challenge aura été bouclé avec une fidélité et une efficacité qui me surprennent moi-même !)

logoMSoL.png