onesttousfaitsdemolecules.jpgOn est tous faits de molécules - Susin Nielsen
Un nouveau roman de Susin Nielsen, c'est la promesse d'un moment de lecture fort, attendrissant et intelligent. Bref je l'attendais en piétinant ! Et ce nouveau roman ne m'a pas déçue. Dés les premières lignes, l'empathie pour le personnage principal, Stewart, est là : un jeune adolescent un peu geek, précoce et petit pour son âge, qui vient de perdre sa mère. De l'autre côté, Ashley, jeune fille passionnée de mode dont les parents divorcent parce que son père vient de révéler qu'il est homosexuel. Des thèmes forts une fois encore, après mon coup de coeur inconditionnel, Le journal malgré lui de Henry K. Larsen, mais ici avec une plume plus légère. Toujours cet humour, cette bienveillance, au service d'une histoire qui nous fait frémir, rire, et toujours servie par des réflexions pertinentes. A lire absolument.

lucy_lost.jpgLe mystère de Lucy Lost - Michael Morpurgo
Mai 1915. Sur une île de l'archipel des Scilly, un pêcheur et son fils découvrent une fillette à moitié morte de faim et de soif. Ils la recueillent, mais sans savoir qui elle est, car elle ne parvient à prononcer qu'un seul mot : Lucy. De l'autre côté de l'Atlantique, Merry et sa mère s'embarquent sur le paquebot Lusitania pour rejoindre l'Angleterre. A travers ces deux histoires parallèles, Michael Morpurgo tisse un récit que le lecteur doit reconstituer. On fait vite le rapprochement entre les deux jeunes filles, qui ne font qu'une ; mais comment en est-elle arrivée là? Que lui est-il arrivé de si traumatisant pour qu'elle se replie sur elle-même? Se heurtant à l’agressivité et la bêtise des insulaires qui la croient allemande, la jeune Lucy Lost comme elle est nommée, pourra compter sur la générosité et l'amour de sa famille adoptive. L'auteur, avec cette plume inimitable, belle, humaine, sans jugement, montre encore une fois son talent pour dépeindre des personnages courageux et humbles. Des passages très forts (le naufrage du Lusitania...) alternent avec d'autres très émouvants. Et toujours cet espoir, qui fait croire au meilleur en chacun d'entre nous. Un très beau roman qui fait réfléchir et donne de belles leçons de vie.

Archie greene ok.inddArchie Greene et le secret du magicien, 1 - D.D Everest
Le jour de ses 12 ans, Archie Greene, orphelin qui vit chez sa grand-mère, va découvrir le secret de sa famille. En fait issu d'une longue lignée de magiciens, il doit se rendre à Oxford pour y faire son apprentissage. Archie devient apprenti-relieur au Musée des Collections Magiques, et découvre un monde où les livres volent ou prédisent l'avenir, explosent en pop-up, faisant jaillir chevaliers et monstres... Un premier tome de série sympathique et accessible. Le récit enchaîne les rebondissements et et les mystères, pas si prévisibles que ça malgré le style classique de l'histoire. Les personnages sont intéressants et originaux : une patronne de salon de thé qui prépare des potions qui font voyager, le fantôme d'un magicien gardé par deux gargouilles, un méchant qui revient d'entre les pages d'un livre maudit... La plume fluide de l'auteur joue la carte d'un univers dense mais dont l'on ne sait pas tout, on apprendra sans doute à le connaître au fil des tomes.

magiciens_caprona.jpgLes magiciens de Caprona - Diana Wynne Jones
Rien ne va plus dans la cité italienne de Caprona ! Les deux grandes familles de sorciers de la ville, les Montana et les Petrocchi, ennemis jurés depuis des générations, perdent chaque jour de leurs pouvoirs. Il semblerait que quelqu'un cherche à profiter de leur rivalité pour jeter Caprona dans le chaos. L'enchanteur Chrestomanci en sait visiblement long sur la question... Diana Wynne Jones continue à explorer son imagination en inventant une nouvelle histoire de magiciens pleine de fantaisie et d'humour. Elle revisite Roméo et Juliette bien sûr, mais mixe encore une fois d'autres références, dans un joyeux débordement de rebondissements. Ça part dans tous les sens, et même si ce n'est pas mon volume préféré de la série, l'ambiance encore une fois complètement différente des autres, lui donnent un charme unique et particulier.

destin_conrad.gifLe destin de Conrad - Diana Wynne Jones
L'année de ses douze ans, Conrad apprend par son oncle, un magicien, qu'un destin funeste l'attend. Pour conjurer ce sort atroce, il existe bien une solution... mais quelle solution ! Le jeune garçon doit éliminer un habitant de Stallery, un mystérieux château aux pouvoirs obscurs. Pour y entrer sans attirer les soupçons, Conrad se fait engager comme domestique. Rendez-vous cette fois-ci dans un des mondes parallèles, et il faut avoir lu Les neufs vies du magicien, pour pouvoir avoir le plaisir de retrouver Christopher. Un peu confus car encore une fois l'auteure nous embarque dans une histoire abracadabrante, ce tome mêle mystère, magie, manipulation et bonnes manières. C'est toujours un régal de suivre les rebondissements concoctés par l'auteure jusqu'à la fin. Pas la peine de dire qu'encore une fois j'ai dévoré ce roman le temps de lire dire !

chaquesoir.gifChaque soir à 11 heures - Malika Ferdjoukh
Willa Ayre est une lycéenne si ordinaire, qu'elle se classe elle-même dans la catégorie de filles qui passent inaperçues. A sa propre surprise, elle est en couple avec Iago, le frère ainé de sa meilleure amie, et accessoirement plus beau garçon du lycée. Mais de plus en plus distant, celui-ci semble lui cacher quelque chose... Et à une fête, Willa rencontre le bizarre et ténébreux Edern. Dès lors, sa vie prend une tournure étrange... Un excellent moment de lecture avec ce roman de Malika Ferdjoukh, auteure que j'aime déjà beaucoup ! Sous cette couverture rose se cache bien sûr une jolie romance, mais cela ne se résume pas qu'à cela. Mélangeant les genres, l'auteure brouille les pistes avec une intrigue policière qui nous donne des frissons. Assez dramatique par moments, Malika Ferdjoukh joue avec nos sentiments et nous entraîne dans un tourbillon d'émotions. J'ai seuleument regretté le ton trop "d'jeuns" du langage des adolescents, mais cela ne m'a pas empêchée de lire ce roman d'une traite, en appréciant le charme des personnages, si "ferdjoukhiens" qu'on a du mal à les quitter.