eona.jpg(Attention aux spoilers si vous comptez lire ce livre !)
Après la mort de l'empereur, son frère le Grand Seigneur Sethon, a pris le pouvoir. Les autres Yeux du Dragon ayant été massacrés, Eona est à présent le dernier Oeil du Dragon vivant, avec Sire Ido, l'Oeil du Dragon Rat. Contrainte de fuir, Eona part à la recherche de Kygo, l'héritier légitime, partit rejoindre la Résistance. Afin de l'aider à renverser l’usurpateur, Eona a besoin d'apprendre à maîtriser son pouvoir. Et seul Ido, prisonnier des griffes de Sethon, peut l'aider. Parallèlement, la jeune femme poursuit sa quête pour découvrir la vérité sur son ancêtre, le dernier Oeil du dragon Miroir, dont tous les indices laisse à penser qu'elle était une traîtresse. Dans un pays déchiré par la guerre et les catastrophes naturelles, partagée entre l'amour et le devoir, Eona va devoir faire des choix qui pourraient bouleverser le royaume entier, et peut-être faire disparaître les dragons.

Coup de chance ou magie de travailler dans une bibliothèque, dés que j'ai eu fini Eon, le deuxième tome a atterri dans mon bureau ! J'ai donc enchaîné directement ^_^
Le rythme de l'histoire dans Eon était plutôt inégal du fait de la mise en place de l'histoire. Mais ici, les actions s'enchaînent, à un rythme assez trépidant. On a peine à lâcher le livre, tant on est pris dans l'enchaînement des évènements. On retrouve la même qualité d'écriture, mais Alison Goodman développe ici davantage les actions, pousse les descriptions et a approfondi la psychologie de ses personnages. Et alors que le premier tome de ce diptyque était davantage orienté jeunesse, ce second tome fait davantage ado. Des aspects assez sombres sont développés dans l'histoire : la violence est notamment très présente dans le récit, qu'elle soit physique ou morale : torture, blessures ou batailles... Une certaine tension sexuelle est également présente, dans un sens qui n'est parfois pas amoureux. Eona va en effet être prise dans un triangle amoureux avec Kygo et Ido. Sa relation avec ces deux hommes va être conflictuelle, chacun cherchant à manipuler son pouvoir. Même si l'auteur a su doser les choses sans que cela soit exagéré, et que ces éléments sont parfaitement justifiés dans le cadre de l'histoire, cette sensualité débridée d'une part, et l'amour impossible de l'autre, m'a parfois un peu ennuyée.

L'action avance également à travers l'histoire de deux livres : le livre rouge, qui est le journal crypté des mémoires de l'ancêtre d'Eona, et le livre noir, réceptacle d'un mal inconnu, qui ronge celui qui essaie de le déchiffrer. Le livre rouge étant décodé petit à petit, on apprend de nouveaux éléments en même temps qu'Eona. Ces éléments ne sont pas prévisibles, ce qui est assez agréable. L'influence du livre noir quand à lui se distille peu à peu dans la narration, donnant une note inquiétante au récit, et montant crescendo. On apprend la vérité sur ces deux livres à la toute fin, étant la clé de l'intrigue et des doutes d'Eona. Et même si on s'attend au dénouement, la façon d'y arriver est bien amenée et pas du tout ennuyeuse. On tourne frénétiquement les pages pour connaître le fin mot de l'histoire ! On est plongés dans l'histoire, liés au destin des personnages. On va ressentir avec une certaine empathie les différentes émotions des personnages, très poussées et bien décrites : entre l'ambition démesurée d'Ido, le sens du devoir de Kygo, et les doutes d'Eona quant à l'éthique de l'utilisation de son pouvoir.

C'est une série jeunesse très agréable à lire, bien écrite et à mettre entre toutes les mains ^_^
J'ai eu un peu de mal à écrire cette chronique, l'intrigue étant assez foisonnante. Ne vous fiez pas aux éléments qui vous paraîtraient stéréotypés dans le résumé, ce n'est pas le cas, et cela change agréablement de tous les romans de fantasy jeunesse sur les quêtes initiatiques etc. En plus les couvertures, légèrement en relief, avec de jolis reflets métallisés, sont assez réussies.