trois-mousquetaires.jpgAux trois gentilshommes mousquetaires Athos, Porthos et Aramis, toujours prêts à en découdre avec les gardes du Cardinal de Richelieu, s'associe le jeune gascon d'Artagnan fraîchement débarqué de sa province avec pour ambition de servir le roi Louis XIII. Engagé dans le corps des mousquetaires, d'Artagnan s'éprend de l'angélique Constance Bonacieux. En lutte contre la duplicité et l'intrigue politique, les quatre compagnons trouveront en face d'eux une jeune anglaise démoniaque et très belle, Milady, la redoutable espionne du Cardinal. D'Artagnan seul échappe à ses agents. Mais rapportera-t-il à temps à la Reine de France, Anne d'Autriche, les ferrets qu'elle a remis à son amant, le duc de Buckingham? (Résumé de l'éditeur)

J'ai de très bons souvenirs de ce roman, lu dans ma jeunesse en version abrégée, j'ai donc eu envie de retrouver les aventures pleines de panache de ces 4 mousquetaires (trois mousquetaires et un garde pour être précise !), dans la version intégrale, beau pavé de 900 pages. J'ai profité de la version numérique une fois n'est pas coutume, histoire de rentabiliser ma liseuse, qui prend un peu la poussière ces temps-ci.

Que dire de ce roman si ce n'est qu'il nous embarque dans une aventure pleine de rebondissements qui nous tient en haleine du début à la fin? Des capes, des épées, des chevauchées contre le temps, des manipulations et des intrigues, des duels dans des rues sombres ! La langue utilisée, bien que riche et ancienne, coule de façon naturelle, sans que la lecture en soit gênée. Les dialogues pleins de verve, les anecdotes historiques, sans oublier les petits commentaires d'Alexandre Dumas, nous réservent des passages humoristiques inattendus.

Et que dire des personnages, extraordinaires et pleins de vie. Chaque mousquetaire avec son caractère et ses petites habitudes, le cardinal et ses manigances politiques, le Roi au caractère ombrageux et jaloux,... sans oublier Anne d'Autriche, les valets de ces messieurs les mousquetaires... Et le meilleur pour la fin : Milady. Quel personnage que cette femme manipulatrice, charmeuse, au passé sombre, et qui a le pouvoir de renverser toute situation à son avantage. Dumas a su lui donner une densité incroyable : on la hait, on la déteste !

Si l'intrigue est bien ficelée, le contexte historique apporte une véracité au récit qui m'a permis de réviser mon histoire de France avec plaisir. Je pense donc me laisser tenter par d'autres ouvres de ce grand écrivain (et de son collaborateur controversé, Auguste Maquet, rendons à César ce qui appartient à César), ce roman étant pour l'instant le seul Dumas à mon actif. Mais les souvenirs qu'il m'a laissé sont vraiment inoubliables et font partie de mon imaginaire de jeunesse aussi sûrement que les livres de Roald Dahl ou de J.K. Rowling.